Apprendre à calculer son taux d’endettement

endettement

 Le taux d’endettement définit le pourcentage des revenus qui est dédié au remboursement des charges financières tous les mois. Cela inclut par exemple la déduction mensuelle des crédits (prêts). Avant demander un financement auprès de la banque ou d’autres organismes, pensez d’abord à calculer le taux d’endettement. Ainsi, vous connaîtriez à n’importe quel moment l’état de santé de vos finances : mal endetté, bien endetté ou encore surendetté. Comment calculer son taux d’endettement ?

Comment se passe le calcul du taux d’endettement ?

Afin de mieux calculer son taux d’endettement tout doit se porter sur la base mensuelle. Il s’agit en effet du rapport en pourcentage de vos revenus mensuels ainsi que de vos charges fixes. Pour accélérer le calcul, commencez par additionner les charges fixes comme les prêts en cours, les pensions à verser, le loyer et toutes les autres dépenses. Additionnez en même temps les revenus mensuels : les aides, les loyers, les pensions, les salaires, etc. Et une fois ces deux étapes passées, divisez le montant total des charges par la somme des revenus. Terminez par la multiplication du montant par 100.

Les éléments inclus et exclus dans le calcul

Ce calcul semble être le plus classique et le plus utilisé pour calculer son taux d’endettement. Mais toutefois, les établissements y afférents créent leurs propres règles en ce qui concerne principalement les revenus retenus. Le plus souvent, les organismes tiennent en compte les salaires nets reçus, les primes, le 13e mois, les autres revenus, les commissions, les pensions et les allocations logement.

Certains établissements prennent également en compte les allocations familiales et les sources de revenus fonciers, alors que d’autres ne les considèrent pas. En ce qui concerne les éléments exclus, il s’agit des primes exceptionnelles ainsi que des indemnités professionnelles.

Comment évaluer son endettement ?

Aujourd’hui, le taux de crédit immobilier maximum admis est toujours de 33 %. Cela représente en effet un tiers des revenus mensuels. Notons cependant que cette limite n’est pas imposée par la loi. Les organismes financiers et les établissements concernés sont libres de fixer leur propre limite. Sachez que ce taux de 33 % peut s’avérer trop élevé si vous avez de faibles revenus, mais reste avantageux si vous avez des revenus beaucoup plus importants.

Vous êtes classé comme bien endetté si vous avez contracté plusieurs crédits et que le paiement s’effectue sans aucun incident ou retard. Vous êtes mal-endetté si vous faites un excès de dépenses par rapport aux revenus reçus par mois. La solution apportée pour résoudre un tel problème est de racheter de crédits qui aident à rassembler plusieurs emprunts.

Si vous n’avez pas la possibilité de rembourser vos crédits, sachez que vous êtes dans ce cas surendetté. Généralement, dans ce cas précis, on fait face à des incidents de paiement comme les pénalités de retard, les agios, etc. Il s’agit d’un surendettement lorsque le ratio dépasse de 55 %. Ce surendettement devient « passif » en cas de certains incidents : décès, divorce, maladie  … Mais il reste actif si le problème vient d’une mauvaise gestion des crédits.

Qui est concerné par la déclaration de performance Extra-financière ?
La LSFin